02/05/2007

CONFERENCE DE PRESSE DECHARGE

SAMEDI 21 AVRIL, conférence de presse sur la décharge.

Voici notre position.

décharge basse- wavre

 

 

LA DECHARGE DE BASSE-WAVRE

LA PREMIERE FAILLITE DE LA METHODE AUBECQ


Depuis 1983, le groupe Ecolo a, à de nombreuses reprises, interpelé la majorité, pour signaler les dangers de pollution liés à cette décharge.


A chaque fois, le Bourgmestre de l’époque s’est voulu rassurant en voulant donner l’impression qu’il gérait parfaitement le dossier.

Par 2 fois, pendant la trentaine d’années où il a occupé une fonction exécutive (comme échevin de 1977 à 1982 et comme mayeur de 1983 à 2006), cette décharge a fonctionné dans l’illégalité


Tout d’abord pendant 5 ans, de 1978 à 1983. A l’époque la commune avait agrandi le versage par l’acquisition de parcelles ne figurant pas sur un arrêt d’autorisation de la Députation Permanente de l’époque, arrêt qui était en plus périmé depuis le mois de janvier 1978.


Ensuite des changements légaux de 1985 et 1987, vont imposer aux exploitants de décharges d’être agréés. Or, en 1990, cet agrément sera refusé par le ministre de l’époque car les conditions d’exploitation n’ont jamais été respectées.

De ce fait la décharge, fonctionnera encore pendant quelques mois dans l’illégalité.

Faut-il aussi rappeler que des celées seront posées à l’entrée du site en 1991 et que M. Aubecq demandera à ses policiers de les faire sauter pour pouvoir encore utiliser le site ?


En 2003, lors de la vente des terrains actuellement concernés par les risques liés aux biogaz, nous avions à nouveau interpellé le bourgmestre en indiquant qu’il y a avait un risque à autoriser des constructions sur un tel site.


A chaque fois, pour M.Aubecq nous voyions à l’époque des problèmes là où il n’y en avait pas.


Force est de constater que 3 ans plus tard, la situation est tellement grave que des travaux en urgences ont été réalisés en décembre et que l’assainissement complet du site de l’ancienne décharge devient une priorité environnementale et de santé publique.


Voilà les conséquences d'une méthode basée sur le secret, la fermeture aux propositions extérieures et la gestion à la Picsou.


Et maintenant?


Il est urgent de s'occuper de la réhabilitation de la décharge. Des dizaines de personnes travaillent sur le site ou aux alentours. Des centaines de personnes fréquentent les commerces installés là. Ils sont tous exposés à des gaz méthanes cancérigènes et explosifs. L'usine à gaz que constitue l'ancienne décharge, sensible aux variations climatiques, va produire de plus en plus avec les températures qui augmentent.


La santé et la sécurité publiques ne peuvent attendre la fin de la querelle entre le Ministre Lutgen et Charles Michel.


Pour suivre ce dossier de près, notre locale a constitué en son sein, un groupe de travail « décharge ». Il a pour mission de rechercher toutes les informations nous permettant d'établir les responsabilités.


Nous demandons aux différentes parties impliquées dans le dossier, de mettre fin à leur querelle, qui ressemble fort à de la musculation politique en période électorale. De ne pas attendre encore 2 mois, l'après élection, avant de se mettre autour de la table et de plancher de façon constructive sur le noeud financier.

19:26 Écrit par Arnaud DEMEZ Chef de groupe dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ancienne decharge |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.