24/01/2007

CONSEIL COMMUNAL DOSSIER ANCIENNE DECHARGE

Ce mardi 23 janvier, le conseil communal devait se prononcer sur les travaux en urgence pour sécuriser les commerces construits sur le site de l'ancienne décharge de Basse-Wavre.

Voici le texte de notre intervention.

décharge basse- wavre

un dossier où il fallait et où il faut prendre ses responsabilités!

Depuis 1983, le groupe Ecolo a, à de nombreuses reprises, interpelé la majorité, pour signaler les dangers de pollution liés à cette décharge.

 A chaque fois, le Bourgmestre de l’époque s’est voulu rassurant en voulant donner l’impression qu’il gérait parfaitement le dossier.

 

Par 2 fois, pendant la trentaine d’années où il a occupé une fonction exécutive (comme échevin de 1977 à 1982 et comme mayeur de 1983 à 2006), cette décharge a fonctionné dans l’illégalité  

 

Tout d’abord pendant 5 ans, de 1978 à 1983. A l’époque la commune avait agrandi le versage par l’acquisition de parcelles ne figurant pas sur un arrêt d’autorisation de la Députation Permanente de l’époque, arrêt qui était en plus périmé depuis le mois de janvier 1978.

La situation sera régularisée par la DP en avril 1983. Elle délivre alors, un permis d’exploiter des immondices assorti de conditions :

  • Pas plus de 3M d’épaisseurs
  • Pas plus de 100m2 de découvert
  • Recouvrement au plus tard 24h après le dépôt
  • La pose d’une clôture !!!!
  • Pulvériser le dépôt à l’aide de DDT pour éviter le pullulement de la vermine
  • Prendre toutes les mesures pour éviter la pollution des eaux souterraines et des ruisseaux.

Ensuite des changements légaux de 1985 et 1987,  vont imposer aux exploitants de décharges d’être agréés. Or, en 1990, cet agrément sera refusé par le ministre de l’époque car les conditions d’exploitation n’ont jamais été respectées.

De ce fait la décharge, fonctionnera encore pendant quelques mois dans l’illégalité.

 

Faut-il aussi rappeler  que des scelés seront posés à l’entrée du site en 1991 et que M. Aubecq demandera à ses policiers de les faire sauter pour pouvoir encore utiliser le site ?

 

En 2003,  lors de la vente des terrains actuellement concernés par les risques liés aux biogaz, nous avions à nouveau interpellé le bourgmestre en indiquant qu’il y a avait un risque à autoriser des constructions sur un tel site.

 

A chaque fois, pour M.Aubecq nous voyions à l’époque des problèmes là où il n’y en avait pas.

 

Force est de constater que 3 ans plus tard, la situation est tellement grave que des travaux en urgences ont été réalisé et que l’assainissement complet du site de l’ancienne décharge devient une priorité environnementale et de santé publique.

 

Cependant dans ce ciel fort gris (nombreux polluants présents dans le tumulus de la décharge, dans les biogaz et dans les liquides migrants vers la Dyle), une éclaircie s’est dessinée depuis le mois de décembre 2006 et l’entrée en fonction de Monsieur Michel.

 

Le problème est toujours là, mais la façon de l’aborder et les réponses  apportées tranchent singulièrement et heureusement avec celles de son prédécesseur.

 

Tout d’abord une volonté d’informer l’ensemble du conseil communal en ce y compris les membres de l’opposition. Nous tenons à remercier le Bourgmestre pour ces premiers pas vers plus de transparence.

 

Ensuite, nous devons saluer la prise de responsabilité rapide, et somme toute assez normale,  des autorités communales : les arrêtés d’ouverture et de fermeture des magasins principalement touchés par les Biogaz, le déclenchement des travaux en urgence et l’avance financière conséquente (1million d’euros).

 

Grâce à cela, le blessé est stabilisé mais encore loin d’être soigné. Et tout le monde connaît le remède : assainir l’ensemble de la décharge.

 

Notre responsabilité en tant qu’élu de l’opposition est double.

1°)  Comme nous tous ici, assurer la sécurité environnementale du site pour les générations présentes et futures et garantir la santé publique des clients, des travailleurs et des riverains. C’est pourquoi nous voterons ce point et nous soutiendrons toutes actions futures accélérant la mise en œuvre rapide de l’assainissement de l’ancienne décharge.

2°) Rester vigilants et attentifs. Nous travaillerons à ce que la transparence soit faite sur les responsabilités dans ce dossier.

 

 

Les conseillers communaux ECOLO

Arnaud Demez

Jean Goossens

Véronique Michel

Sabine Toussaint.

 

21:46 Écrit par Arnaud DEMEZ Chef de groupe dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.